Le chitosan

Description du chitosan
Le chitosan, prononcé kitozane, est une fibre extraite de la paroi des champignons ou de l’exosquelette des crustacés par désacétylation de la chitine, la frontière entre le chitosan et la chitine correspond à 50%, en deçà c’est du chitosan, au-delà c’est de la chitine, les spécifications du chitosan sont semblables à celles de la cellulose, il n’est pas digérable par l’organisme et serait évacué par les voies naturelles, le chitosan est soluble en milieu acide notamment l’acide gastrique.

Vertus médicinales du chitosan

Depuis fort longtemps le chitosan possède une bonne réputation au Japon pour son extraordinaire capacité à déployer un gel protecteur dans l’estomac, on retrouve le chitosan dans les produits diététiques et cosmétiques.

Le chitosan est surtout connu pour ses vertus amaigrissantes, des études publiées entre 2001 et 2005 ont démontré que la consommation journalière de chitosan a augmentée l’élimination des graisses de façon remarquable, cela explique sa présence dans de divers produits amincissants, il possède la spécificité de se lier aux matières grasses consommés qui seraient éliminées avec le chitosan par les voies naturelles ce qui privilégierait la perte de poids, le processus d’action du chitosan est plus efficace lorsqu’il est associé à un régime alimentaire approprié.

Pour ses affinités chimiques avec les lipides le chitosan diminue l’apport de graisse en fixant plus de 15 fois son propre poids en matières grasses, le chitosan adhère facilement au graisses dès qu’il se trouve à leur voisinage qui seraient évacuées ensembles par les voies naturelles, pour qu’il soit efficace le chitosan doit être pris 30 minutes avant les repas, c’est le temps nécessaire pour qu’il se déploie dans l’estomac, le chitosan diminue également le mauvais cholestérol (LDL), augmente le bon cholestérol (HDL), réduit l’acide urique et améliore le transit intestinal.

Jouer au blackjack en ligne pour gagner contre la banque et se faire une fin de mois sympa.

Production du chitosan

En traitant la chitine avec du KOH concentré à température élevée, C. Rouget vient de découvrir le chitosan en 1859, Hoppe-Seyler propose le nom de chitosan en 1894, le chitosan représente une famille de dérivés de la chitine, la substance fondamentale de la carapace des crustacés (crevette, crabe, etc.) qui est un polymère que l’organisme est capable d’évacuer naturellement, pour que le chitosan puisse favoriser l’élimination du cholestérol et des acides gras, il doit obligatoirement répondre à deux critères, 1er il doit être désacétylé afin de pouvoir absorber les grasses dans l’intestin, 2e attribut déterminant à l’efficacité du chitosan c’est la grosseur du polymère, la transformation de la chitine consiste en un fin broyage qui favoriserait son effet parce qu’il est soluble et peut se lier facilement aux graisses dans l’intestin, le chitosan doit donc avoir un faible poids moléculaire pour être soluble et actif, le poids moléculaire du chitosan doit être d’environ 40 kDa, il existe encore beaucoup de domaines de recherches en ce qui concerne le chitosan, la plupart des recherches font l’étude de produits pour distinguer l’intérêt thérapeutique du chitosan, de nouvelles données indiquent une efficacité supérieure au placebo dans la perte de poids, de ce fait le mécanisme d’action du chitosan dans la perte de poids à été prouvé, le chitosan est aujourd’hui produit à partir de la transformation de champignons ou de carapaces des crustacés, le chitosan n’a été observé que dans quelques micro-organismes contrairement à la chitine qui est produite par un grand nombre d’organismes vivants, il faut 25 kg de carapace pour faire 1 kg de chitosan.

Etudes et recherches sur le chitosan

L’utilisation curative du chitosan est très connu au japon, jusqu’à présent les usages du chitosan étaient limités aux produits amaigrissants, mais elles font présentement l’objet d’intenses recherches dans les milieux de la pharmacologie et du génie médical, le chitosan est en voie de percevoir ses avantages en médecine classique comme véhicule de médicaments ou d’autres composants thérapeutiques (vaccins, antigènes ou gènes).

On utilise bien évidemment le chitosan pour fabriquer des micro-capsules qui peuvent conserver le composant thérapeutique jusqu’à ce qu’il parvient à son objectif organique (côlon, oesophage, estomac …), on oeuvre présentement à l’adaptation de vaccins qui seraient administrés par voie orale en utilisant cette méthode de micro-encapsulation, on a pareillement commencé à s’en servir pour simplifier l’absorption de certains médicaments administrés par voie oculaire ou nasale.

On envisage d’utiliser le chitosan pour produire des organes ou tissus artificiels, surtout en raison de son potentiel antithrombose, outre ces pratiques, on a analysé l’emploi potentiel du chitosan en parodontie, en chirurgie plastique ainsi que pour le soin de l’insuffisance rénale et des brûlures, de plus, comme le chitosan se métamorphose en glucosamine dans l’organisme, on inspecte l’usage du chitosan sous forme d’injection dans le genou pour stimuler la réparation du cartilage endommagé, le chitosan est actuellement étudié pour la régénération des tissus et l’ostéogénèse et la vectorisation de molécules biologiquement actives, le chitosan est biocompatible (notamment hémocompatible), biodégradable, bactériostatique et fongistatique.

Le chitosan dans l’agriculture

Dans l’agriculture, le chitosan est utilisé comme un pesticide bio respectueux de l’environnement qui stimule la capacité innée des plantes à se défendre contre les infections fongiques, le chitosan est utilisé principalement en tant que traitement de semences naturelles et exhausteur de croissance des plantes, les molécules du chitosan existent à l’état naturel.